Aller au contenu |  Aller au menu |   |  Texte seul  |  Aide et Plan du site |  Contact
Fondation3a

Autistes Adultes Autonomes : « les autistes ne veulent pas seulement être inclus dans la société mais veulent aussi y apporter leur contribution »

Accueil > Revue de presse et média > 04.1 Média - Cinéma : à ne pas manquer > « Solution d’espoir » un regard sur l’autisme en France

« Solution d’espoir » un regard sur l’autisme en France

Mis en ligne le jeudi 18 avril 2019,

N’hésitez pas à regarder le documentaire de Romain Carciofo : « Solution d’espoir » un regard sur l’autisme en France.
https://vimeo.com/146227644

Merci Romain Carciofo pour ce magnifique film sur l’autisme « Solution d’espoir ». Tu m’auras arraché quelques larmes bien évidemment, comment ne pas se retrouver dans ce film quand on est parent d’enfant autiste ! Ton film me dit combien j’ai eu raison de dire NON à l’hôpital de jour quand Clara avait 3 ans, NON à l’institution quand elle en avait 5. Tu montres à quel point la France a du retard comparée aux autres pays, même si elle fait aujourd’hui des efforts pour le rattraper. Tu montres avec beaucoup d’humilité et de sincérité ces familles désemparées avec leur adulte, celles qui ont totalement mis leur vie de côté tant bien que mal, qui ont sacrifié la fratrie et sous-entendu leur vie de couple, celles qui n’ont pas réussi à le garder à la maison et jamais je ne me permettrai de juger. Elles avaient quoi ces familles il y a 25 ans et plus ? Quoi pour s’informer ? La porte close pour l’école direct, les décisions des CDES souvent inhumaines qui privaient les parents de choix pour leur enfant et de paroles surtout. C’est peut-être cela notre force aujourd’hui, la parole ! Rappelons qu’aujourd’hui en 2019, toujours 80 % des autistes ne sont pas scolarisés, et les autistes du profil de Clara doivent avoisiner les 2% au collège. Notre chance à nous, est peut-être d’avoir eu internet pour s’informer, obtenir des informations, rencontrer d’autres familles. On a pu se former grâce aux associations qui se battent pour nous, nous apportent des informations, des aides, des sorties. On s’est aidé mutuellement. Quel bonheur d’entendre le responsable du Cap, quelle abnégation effectivement, je suis heureuse que ces adultes aient enfin trouvé ce lieu après toutes ces années de errance, de gâchis, souffrance et maltraitance. Il a raison, tout le monde devrait être en mesure de faire la même chose, c’est une question de volonté, d’envie, d’humanité, de priorité. Le discours de l’infirmière m’a juste glacé le sang, elle est courageuse de témoigner et je ne suis pas étonnée de son discours même s’il me choque terriblement. Tu sens sa souffrance et on se demande comment elle a pu se taire pendant ces années de travail. Quelle horreur, quel honte de choisir ce métier pour être aussi maltraitant ! Comment tu peux le matin te regarder dans un miroir après être un bourreau soignant ! Clara a 16 ans on s’en est pas trop mal sorti, elle a progressé, elle reste néanmoins avec son autisme, plus ou moins sévère, j’ai bien fait de m’être battue pour qu’elle reste scolarisée même à temps partiel, elle ne serait pas cette jeune fille aujourd’hui même si elle reste avec une âme d’enfant. Je me suis quand même coupée en quelque sorte du monde, tu n’en sors pas indemne, je me suis mise des barrières pensant que refaire ma vie ne serait pas possible, ton enfant est différent et par la force des choses tu deviens aussi différent aussi en tant que parent. En me rapprochant de ma famille géographiquement au final je me suis éloignée de certains. Mes valises sont trop lourdes, mon combat épuise, ma résilience devient gênante, bouleverse, mon avenir leur fait peur, on ne se comprend plus, alors on s’éloigne, on se téléphone moins ou plus du tout. Ton film me confirme qu’il ne faut rien lâcher, toute rupture de parcours peut-être dramatique alors on va s’armer d’énergie, mais tu as raison rien n’est figé, ils apprennent tout au long de leur vie, j’ai des espoirs encore pour Clara , elle progresse chaque année, à son rythme mais elle progresse. La France se veut inclusive, c’est bien mais il va falloir faire évoluer les mentalités, il va falloir modifier l’enseignement, il va falloir revoir la copie de l’école et celle des enseignants, il va falloir se former, s’informer, avoir l’envie d’inclure la différence ! Il y a tellement de méthodes qui peuvent être utilisées, des tutorats entre élèves qui ne peuvent qu’être enrichissants pour tous dans les écoles. Il va falloir soigner l’accompagnement, les former, les soutenir, et reconnaître leur métier. Il va falloir faire à la carte, du sur mesure et savoir ce qui est pertinent ou pas pour un élève, il va falloir qu’on arrête l’école élitiste. La médecine aussi doit modifier sa copie également, la psychanalyse est encore enseignée au chapitre autisme ! J’espère que les traitements lourds arrêteront d’être distribués en premier recours pour les troubles du comportement, quel magnifique boulot au Cap comme quoi tout est possible même avec les plus sévèrement touchés. On espère que la recherche va encore avancer et qu’on lui donnera encore plus de moyens. Tu n’as pas cherché à tricher dans ce film, et surtout tu rappelles que l’autisme c’est aussi ça ! Merci Romain ! Je n’avais pas reconnu la voix de Stéphane Freiss ! Il est bien qu’en tant qu’acteur il apporte sa contribution et sa voix à ce film poignant et si sincère. On sent à quel point tu es touché, en colère aussi contre l’absurdité et tes espoirs pour eux et pour nous les familles, tu montres les possibles....

Florence C.